Catégories
Uncategorized

Abus d’honoraire d’avocat : Comment y procéder ?

La demande de devis est possible avant toute collaboration. Mais certains avocats délivrent encore des frais supplémentaires après cela. Certaines factures semblent être falsifiées sur de mauvais termes. Ils ne sont pas parfois logiques, compte tenu des missions accomplies par ce professionnel. Il est donc possible de se rendre auprès du bâtonnier pour ce genre de circonstance en général.

Se renseigner sur la prestation de base

Les honoraires d’un avocat se fixent en grande partie par rapport à ces prestations. Il est question de mettre en équilibre la complexité des missions dans son envergure. Il définit ainsi tous les frais de prestations sur tous les services rendus par l’avocat en question. Les honoraires ne sont jamais les mêmes pour tous les avocats. Chaque professionnel peut fixer librement ses honoraires personnels, c’est bien évoqué sur www.avocat-mbb.fr. D’ailleurs, les cas ne sont jamais identiques sur ce milieu. Alors, ils ont bien droit à fixer leur prestation comme bon leur semble. L’enjeu de chaque affaire et sa complexité sont donc mis en valeur pour pouvoir attribuer la valeur réelle de la prestation. C’est pour cela qu’il est parfois plus difficile de le définir avant le traitement de l’affaire.

Connaître la rémunération moyenne de l’avocat

Parfois, c’est dans l’accomplissement des missions que l’avocat rencontre des difficultés. Et c’est à partir de toutes les procédures qu’il peut définir en réalité la prestation. Pour la question de tarif, avant toute collaboration, il est important de bien fixer la prestation. Il existe certainement des bases à connaître pour les clients. L’estimation de la prestation s’élève par nature, cela peut être fixé par heure, par forfait, par abonnement, ou également par rapport au résultat final. La consultation moyenne de base se définit notamment entre 50 et 250 euros pour une durée de 45 minutes. Les consultations par téléphone sont toutefois possibles. Et cela minimise les dépenses avec un budget serré. Il varie entre 20 à 30 euros pour quinze minutes environ.

Se focaliser sur des preuves concrètes et confronter l’avocat tête à tête

Avant toute déclaration à faire sur le nom de l’avocat, c’est important d’arriver à prouver qu’il s’agit réellement d’un abus d’honoraires. Il est nécessaire le vice caché sur sa facture. Un détail doit être communiqué au client concernant cette facture. Et c’est à partir de là qu’il est possible de soutirer des preuves concrètes s’il y a lieu. Le client doit ainsi se focaliser sur deux perceptions bien importantes :

  • Vérifier si le montant inclus n’est pas celui convenu depuis le début de la collaboration et l’engagement.
  • Analyser si la facturation se fait d’une manière excessive.

Si le client constate le moindre doute par rapport à l’honoraire, le premier réflexe serait de demander des justificatifs dans l’immédiat auprès de l’avocat chargé de l’affaire. C’est une mesure à entreprendre pour recourir à l’option à l’amiable. Dans ce cas d’espèce, le client fait appel à un médiateur pour négocier dans les deux parties. Et c’est la naissance d’un nouvel accord entre le client et l’avocat. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.