Catégories
Uncategorized

Les droits de l’enfant : Le droit de garde et de pension alimentaire

Le divorce est un secteur de plus en plus connu en France dernièrement. Il brasse notamment des milliers d’euros avec les prestations des avocats et les frais liés aux procédures. Chaque année, on compte un bon nombre de divorces dans les tribunaux. Et le plus difficile concerne généralement les questions de pensions alimentaires et la situation de l’enfant en général.

L’intérêt de l’enfant après le divorce

La complication soulève le fait que les parents n’ont plus des désirs perpétuels à rester sur le même toit. Pourtant, les enfants en paient le prix pour ce désaccord entre les conjoints. Il est toutefois nécessaire de protéger le droit des enfants, peu importe la situation. Littéralement, pour ce qui concerne le droit de garde, les juges tranchent les litiges selon l’intérêt de l’enfant. Son statut passe généralement avant tout le reste. Cette position est bien distinguée par une meilleure force aux yeux de la loi. Dans la plupart des cas, c’est la mère qui obtient la garde. Ce cas est bien prouvé sur avocatdivorce.fr. Par exception pour des preuves concrètes qui prouvent sa mauvaise foi. C’est très rare de voir les pères de famille contester cette décision. Les intérêts supérieurs de l’enfant sont donc importants pour les juges de la famille.

Le droit de garde

Pour le cas du père, ils ont notamment un droit de visite. C’est au couple de se mettre en accord par rapport aux périodes de visite. Il est donc contrôlé par ce point d’accès. C’est donc très rare de voir les pères obtenir un droit de garde. L’intérêt suprême de l’enfant réside toujours auprès de sa mère. C’est la personne la plus compétente qui peut veiller à tous les droits de son enfant. En illustration : les mères de familles qui perdent la garde de leur enfant sont celles qui purgent des peines de prison, ou influencées sous l’emprise de drogue. Pour que la mère soit écartée de son droit, le père doit arriver à prouver réellement l’inaptitude de la mère à réaliser son obligation envers son enfant.

Les méthodes pour fixer les pensions alimentaires de l’enfant

La personne qui n’a pas la garde de l’enfant est donc obligée de verser une pension alimentaire. Cette participation est notamment liée à toutes les dépenses de l’enfant comme :

  • La nourriture
  • Les frais médicaux
  • La scolarité

L’enfant pourrait donc bien vivre en société. Il a droit à goûter au bonheur comme tous les enfants de son âge. Le cadre de ses parents ne doit pas lui empêcher de vivre une enfance heureuse. Et l’autre partie du conjoint doit toujours assumer toutes les responsabilités envers son enfant. Cela représente d’ailleurs un point très objectif sur le statut. Le père se charge généralement de toutes ces dépenses. À cet issu, il fonctionne toujours dans l’intérêt de l’enfant. Le retard de ces pensions alimentaires peut faire légalement le titre d’une poursuite judiciaire. Intenté par la mère, ce processus est délivré au nom des juges chargés des affaires familiales. En la présence d’un avocat, le droit de l’enfant sera davantage bien protégé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.